L'abri Text

J’écoute la voix de mon rêve…
Pour aller à toi je longerai le fleuve aux furieuses vagues beiges,
je retrouverai les chemins effondrés aux flaques troubles
qui reflètent des paysages inconnus.
Mes pieds seront alourdis de boue,
et ma marche vers toi sera lente et pénible,
comme celle des nuages
aux contours bizarres et aux teintes mauvaises
qui ceinturent la terre oppressée,
nostalgique de soleil.
Les mouettes au vol pesant
tournoieront au-dessus des flots tourmentés
en poussant des cris plaintifs ;
la pluie froide humectera mes lèvres arides,
et le vent, qui cingle mon visage nu
et brutalise mes cheveux dénoués,
arrachera par nuées les feuilles mourantes des arbres,
qui semblent protester en de grands gestes pathétiques
de toutes leurs branches malades.
Et j’irai, j’irai dans le crépuscule d’orage
vers l’abri chaud où tu m’attends ;
quand j’entrerai dans la maison,
tu prendras dans les tiennes mes mains raidies
et tu laisseras ma tête lasse reposer sur ton épaule.
Nous resterons ainsi, au coin du feu,
sans transports, sans paroles.
Mes sanglots seuls te diront
combien longtemps j’ai trébuché dans les sentiers obscurs,
et toutes les pierres cruelles qui ont écorché ma chair,
eux seuls t’apprendront combien de temps j’ai jeté
dans la nuit vaste mon cri de détresse et d’abandon.
Ne me demande pas des gestes fous de passion ;
enveloppe de tes bras d’amour mon corps exténué et tremblant,
et que je sente ton cœur battre le rythme
de ta vigilante tendresse,
le Bonheur a tes yeux.

Idioma

Traduccions

Lieder

Lied Compositor
L'abri Bloch, Ernest
Com podem millorar aquest text?