Le déclin Lied

Dans le verger paisible,
bordé là-bas de peupliers aux frissonnantes feuilles d’or,
dans le verger bleuté et roux,
la femme qui sera vieille demain
promène sa mélancolie.
Une tunique fauve voile son corps divin,
atteint du mal d’automne,
et sa chevelure, à reflets de cuivre,
effleure son beau visage fané
et rutile sur ses épaules.
Elle tient des chrysanthèmes
dans ses mains sensitives encore épargnées,
et de leurs tiges rudes
elle tourmente sa gorge et son cou
tandis que ses regards assombris
suivent les pétales teintés de feu qui s’effrangent sur sa robe
et s’éparpillent dans l’air tiède.
Les souffles errants se jouent sur ses lèvres qui se souviennent,
et elle s’arrête pleine d’angoisse parfois,
car elle aperçue dans l’odeur acide
des fruits oubliés qui pourrissent sur l’herbe,
comme un relent de mort.
Les feuilles s’effritent sous ses pas,
les rameaux s’entrechoquent au vent du soir,
et la femme pleure sa beauté qui s’en va.

Catàleg

B. 33 no. 3

Compositor

Partitura

Font

Traduccions

Traducció Idioma
El declivi Català
Com podem millorar aquest Lied?